• 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
,
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
reversés
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
arbres sauvés
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
litres économisés

IDÉES LECTURE : les meilleurs livres adaptés sur grand écran

Le Printemps du cinéma a lieu tous les ans à l’arrivée des beaux jours. 

Alors que les salles sont toujours fermées en France, la tenue du Printemps du cinéma 2021 est malheureusement incertaine à ce jour.

Qu’à cela ne tienne ! On se donne rendez-vous dès que possible dans toutes les salles noires, mais en attendant nous disposons aujourd’hui d’une multitude de plateformes et de solutions pour organiser de vraies soirées cinoche à la maison (seuls ou en famille). 

À cette occasion, retrouvez notre TOP10 des livres adaptés au cinéma

1. Roméo + Juliette de Baz Luhrmann avec Leonardo DiCaprio, Claire Danes, John Leguizamo (1996)

On connaît tous Roméo et Juliette, la tragédie écrite par William Shakespeare au début de sa carrière (première édition en 1597).

En 1996, Baz Luhrmann transpose à l’écran une version moderne de la pièce de Shakespeare. Le projet naît durant une période où les cinéastes cherchent à réhabiliter des classiques du théâtre comme du cinéma (par exemple, Sleepy Hollow de Tim Burton en 1999). Il s’agit alors de redonner le goût de ces « classiques » à une nouvelle génération dédaignant les textes datés ou les films en noir et blanc.

Du jamais vu. Luhrmann s’autorise des folâtreries qui vont bien plus loin que le langage formel du cinéma et propose un parallèle au video-clip : succession de plans, balayages, ralentis et accélérés, perspectives extrêmes, bande son exceptionnelle et style de comédie totalement hétérogène allant du sérieux au grotesque. Le film puise son énergie dans la culture pop et est truffé de symboles forts. C’est un vrai chef-d’oeuvre car tout ceci donne finalement un film homogène, extrêmement singulier et beau. Mais que cela s’harmonise en plus avec la langue de Shakespeare (les dialogues restent inchangés ce qui conserve l’aspect original de l’oeuvre) tient tout simplement du miracle !

 

2. Into the wild de Sean Penn avec Emile Hirsch, Marcia Gay Harden, William Hurt 

En avril 1990, Christopher McCandless termine ses études universitaires. Il a 22 ans et est promis à un brillant avenir. Pourtant, il tourne le dos à l’existence confortable et sans surprise qui l’attend, coupe les ponts avec sa famille et décide d’aller de partir seul à l’aventure. Il change de nom et devient Alex Supertramp. Il s’installe dans un bus «Magic bus». Christopher va rencontrer des gens très divers sans pourtant s’attacher à eux. Au bout du voyage, il s’aventure seul dans les étendues de l’Alaska. Il meurt en 1992.

Tirés d’une histoire vraie, le livre : Voyage au bout de la solitude écrit par Jon Krakauer en 1996, et le film : Into the wild de Sean Penn réalisé en 2007, se complètent parfaitement.

Là où le livre raconte, le film anime, éclaire, éblouit. Même si les personnages sont totalement réels on leur donne enfin des visages et l’acteur principal Emile Hirsch est remarquable (aucune nomination aux oscars pour ce rôle, incroyable !).

 

3. La Vague de Dennis Gansel avec Jürgen Vogel, Frederick Lau, Max Riemelt (2008)

Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1970.

Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, dans le livre The Wave de Todd Strasser paru en 1981, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement, la Vague, aux slogans fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action ». En l’espace de quelques jours, le paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur livre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage. Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?

En abordant le danger du fascisme de manière si réaliste et effroyable, le film (qui lui se passe en Allemagne) dérange et révolte. La force du message véhiculé nous touche et nous ébranle à la manière d’une vague brutale et irrépressible. Le final aussi efficace qu’effroyable renforce notre impression première : « La Vague » est sans conteste un film époustouflant et poignant, qui, on doit le dire et c’est plutôt rare : est plus réussi que le livre (qui lui même était déjà l’adaptation d’un téléfilm) !

 

4. Le tombeau des lucioles de Isao Takahata avec Tsutomu Tatsumi, Ayano Shiraishi, Yoshiko Shinohara (1988)

La Tombe des lucioles est une nouvelle semi-autobiographique publiée par l’écrivain japonais Akiyuki Nosaka en 1967. Ce récit aurait été écrit en quelques heures dans un café par l’auteur. Il revient sur sa propre histoire et culpabilité d’avoir laissé mourir sa petite sœur de dénutrition.

L’auteur revient ainsi sur la vie des deux enfants que les bombardements de Kobe ont rendu orphelins. Leur père disparait alors qu’il se trouve au combat tandis que sa femme gravement blessée, finit par s’éteindre sous les yeux de Seita, à l’école du quartier, transformée en hôpital. Le jeune garçon prend alors soin de dissimuler le décès de leur mère à Setsuko qui finit par comprendre d’elle-même que les enfants sont désormais seuls.

La Tombe des lucioles, visionnaire et poignant : l’histoire d’un frère et d’une soeur qui s’aiment et vagabondent dans l’enfer des incendies tandis que la guerre fait rage et que la faim tue. D’ailleurs dans le titre original du récit, l’auteur a donné au mot « lucioles » une graphie originale signifiant littéralement : « feu qui tombe goutte à goutte ».

Isao Takahata a retranscris le livre dans son film quasiment à la ligne près et c’est probablement pourquoi il a réussi à toucher les spectateurs en plein coeur. Il s’agit d’un bijou d’animation bouleversant et incroyablement dur. Attention il n’est pas du tout adressé aux enfants et aux âmes très sensibles.

5. Virgin suicides de Sofia Coppola avec James Woods, Kathleen Turner, Kirsten Dunst (1999)

Virgin Suicides est un film de Sofia Coppola, rapidement devenu culte, mais c’est avant tout un roman de Jeffrey Eugenides publié en 1993 et paru pour la première fois en français en 1995 sous le titre Les Vierges suicidées.

Le narrateur est pluriel : il s’agit d’un groupe d’adolescents qui vivaient dans le même quartier à l’époque des événements, et racontent à posteriori les suicides des sœurs Lisbon. La plus jeune, Cécilia, met fin à sa vie la première ; un an après, ses sœurs suivent.

L’éternel féminin, ce grand fantasme qui emprisonne les sœurs Lisbon, est une des grandes thématiques du roman. Elles sont en effet prisonnières à la fois d’une mère castratrice qui étouffe leur féminité naissante dans des robes-sacs, mais aussi du regard des autres et notamment de leurs jeunes voisins qui, chevaliers servants imaginaires, les fantasment sans parvenir à vraiment les différencier et surtout, sans les connaître.

On ne saurait dire laquelle des versions nous a plu le plus. Les odeurs extrêmement présentes et les descriptions du livre sont à la hauteur de la bande originale et de la photographie aux couleurs pastels du film ! 

 

6. Mémoires d’une Geisha de Rob Marshall avec Zhang Ziyi, Suzuka Ohgo, Gong Li (2005)

Mémoires d’une geisha est un film dramatique réalisé par Rob Marshall et sorti en 2005. C’est une adaptation du roman américain Geisha écrit par Arthur Golden. 

En 1929, une jeune fille d’un village de pauvres pêcheurs du Japon, Chiyo, et sa sœur Satsu sont vendues par leur père à la tenancière d’une maison de geisha (une okiya). Les deux sœurs sont rapidement séparées et Chiyo se retrouve confrontée à la sévérité de la maîtresse de maison et à la dureté de la vie d’une apprentie geisha. Elle doit également faire face à l’hostilité teintée de jalousie de Hatsumomo, geisha vedette de la maison qui, par ruse, réussit à la faire reléguer au statut de simple servante. 

Chiyo a perdu tout espoir en l’avenir lorsque, au hasard d’une rencontre, elle est séduite par la gentillesse d’un homme dont elle tombe amoureuse. Elle décide alors de tout faire pour mériter son attention… 

Hormis quelques éléments oubliés qu’il aurait été intéressant de voir dans le film, il s’agit d’une superbe adaptation, fidèle sur de nombreux points : esthétique, historique, personnages, intrigue… Les acteurs incarnent leurs rôles à la perfection.

7. Mystic river de Clint Eastwood avec Sean Penn, Tim Robbins, Kevin Bacon (2003)

Mystic River est un roman policier de Dennis Lehane paru en 2001. Il a remporté un Massachusetts Book Award. 

Un jour de l’été 1975, trois gamins des quartiers populaires de Boston rentrent de l’école en se chamaillant. Une voiture s’arrête à leur hauteur et les deux occupants qui se prétendent policiers embarquent l’un d’entre eux pour le ramener chez lui. Il s’agit en fait d’un enlèvement et si on retrouve le gamin sain et sauf quatre jours plus tard, il ne sera jamais plus comme avant. Il faudra attendre vingt-cinq ans pour comprendre ce qui s’est passé. 

En un quart de siècle, Sean, Jimmy et Dave ont beaucoup changé, la ville où ils ont grandi également. Sean, devenu policier, est amené à enquêter sur l’assassinat de Katie, la fille de Jimmy, et les trois anciens camarades se retrouvent réunis et confrontés aux traumatismes et aux remords de leur enfance. Un roman d’atmosphère, noir et poignant, qui a inspiré à Clint Eastwood en 2003 un film fameux qui a reçu un César du meilleur film étranger ainsi que deux Oscars bien mérités.

8. Fight Club de David Fincher avec Edward Norton, Brad Pitt, Helena Bonham Carter (1999)

Fight Club est un roman de Chuck Palahniuk publié en 1996.

Jack est un jeune expert en assurance insomniaque, désillusionné par sa vie personnelle et professionnelle. Lorsque son médecin lui conseille de suivre une thérapie afin de relativiser son mal-être, il rencontre dans un groupe d’entraide Marla avec qui il parvient à trouver un équilibre. Il crée également avec l’énigmatique Tyler Durden, un club de combats clandestins permettant à ses membres d’évacuer leur mal-être par la violence.

Un film tiré du roman a été adapté en 1999 par David Fincher.

Les deux œuvres sont excellentes indépendamment l’une de l’autre. On retrouve des thèmes chers à Palahniuk dans ce premier roman, comme la société de consommation, la notion de liberté, le prix à payer pour l’atteindre et bien sûr une critique assez vive de la société américaine (et occidentale de manière générale).

Nous avons tout de même une petite préférence pour le film dont les acteurs sont tous sensationnels. Fincher réussit très bien à retranscrire l’ambiance et le malaise dans laquelle nous plonge le livre.
Il s’agit de ce genre de films qui méritent d’être vus plus d’une fois car remplis de messages cachés aussi bien subliminaux qu’explicites.

 

9. Le parfum, histoire d’un meurtrier de Tom Tykwer avec Ben Whishaw, Dustin Hoffman, Alan Rickman (2006)

Le Parfum, sous-titré Histoire d’un meurtrier, est un roman de l’écrivain allemand Patrick Süskind, paru en 1985. Dès sa publication, il a connu un très grand succès et a aussitôt été traduit dans de nombreuses langues. Il fut adapté au cinéma par Tom Tykwer en 2006. 

Dans la France du XVIIIe siècle, naît Jean Baptiste Grenouille. Une naissance sans amour, donnée au milieu des déchets et des détritus de la rue. Élevé dans un orphelinat jusqu’à l’âge de treize ans, peu sociable et fruste, Grenouille n’a pas d’autre passion que celle des odeurs, et chaque seconde de sa vie est guidée par ce sens surdéveloppé. Plus tard il parvient à se faire embaucher comme apprenti chez un maître parfumeur de la capitale qui profite ainsi de son don exceptionnel qui lui permet de composer quelques chefs-d’œuvre olfactifs, mais son unique obsession demeure l’odeur naturelle évanescente des jeunes femmes qui croisent sa route.Pour mettre en bouteille ce parfum envoûtant et en faire son ultime chef-d’œuvre, il se met à assassiner des femmes pour prélever leur odeur…

À l’image du livre, le film se révèle être une œuvre à l’ambiance fascinante, étrange et originale. On peut dire qu’il s’agit là d’une adaptation plutôt réussie car la chose n’était pas aisée à transposer sur grand écran.

 

10. Psychose d’Alfred Hitchcock avec Anthony Perkins, Janet Leigh, John Gavin (1960)

Un soir d’orage, Mary, qui a dérobé 40 000 dollars à son patron, s’arrête dans un motel miteux et isolé. Le propriétaire est un vieux garçon un peu étrange mais sympathique. Epuisée par dix-huit heures de route, la fugitive s’accorde une douche bien méritée. A travers une fissure dans le mur, quelqu’un l’observe…

Qui ne connaît pas Psychose, le chef d’oeuvre d’Alfred Hitchcock ?

Qui n’a jamais entendu parler du meurtre dans la douche ? L’une des scènes les plus iconiques de l’histoire du cinéma. Pourtant peu de gens savent que Psychose c’est avant tout un roman écrit en 1957 par Robert Bloch (qui est à l’origine de nombreux thrillers et romans noirs), où l’histoire et le personnage de Norman Bates sont plus détaillés et plus complexes.

 

Une nouvelle adaptation à l’écran de Dune pour 2021 !

Dune est un roman de science-fiction de l’écrivain Frank Herbert, publié aux États-Unis en 1965. C’est le roman Sci-fi le plus vendu au monde !

L’histoire débute en l’an 10191 après la fondation de la Guilde spatiale. L’univers connu est régi par l’empereur Padishah Shaddam IV, le chef de la Maison Corrino, qui exerce son pouvoir féodal sur la multitude de planètes de l’Imperium, un vaste empire qui s’étend sur des centaines de mondes dans la galaxie…

Prévu à l’origine en salle pour l’hiver 2020, le Dune de Denis Villeneuve a vu sa sortie reportée d’un an, au à cause de la crise sanitaire et de la fermeture des cinémas. Un coup dur pour les fans de l’oeuvre de Frank Herbert, qui, après le film de David Lynch et la mini-série de la chaîne Syfy, attendaient avec impatience cette adaptation par le réalisateur de Blade Runner 2049 notamment.

To be continued…

1 commentaire

  1. Anonyme à 9:15 le 9 mars 2021

    Hi from DC ❤ ✌ 💙. Thx a lot. Very interesting. I recently was deeply moved by the movie ‘ Death in Venice’.
    My father introduced me to the mesmerizing Thomas Mann and Visconti’s universe .

Écrire un commentaire ?