• 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
,
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
reversés
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
arbres sauvés
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
litres économisés

Passeur de vie

“Rien n’est donné. Tout est à prendre – à apprendre”, selon le poète Edmond Jabès.

Lire, c’est prendre et apprendre, c’est découvrir et s’approprier des pensées, les faire siennes en les modifiant, en les modelant à notre vie et à nos expériences.

Comme le dit Guillaume Musso dans la fille de papier : “un livre ne prend corps que par la lecture, c’est le lecteur qui lui donne vie en composant des images qui vont créer ce monde imaginaire dans lequel évoluent les personnages.”

Le livre est une fenêtre sur le monde qui nous entoure : ouvrir cette fenêtre, c’est apprendre à créer des liens, c’est participer à la connaissance générale et universelle, c’est faire partie du monde en apportant sa contribution à ceux qui nous ont précédés et ceux qui nous suivront.

L’anthropologue Michèle Petit parle de la lecture comme un vecteur de sens. Elle nous parle de ces adolescents qui vont apprendre l’autonomie, voire l’émancipation vis-à-vis de leur environnement familial ou social grâce à la lecture.

Cette remarque peut aussi s’appliquer au monde des adultes. En effet, si le livre est un véritable support de construction identitaire,
il est aussi un levier essentiel de reconstruction permanente puisque nous y puisons nos connaissances, nos modes de pensée… les livres se transforment en bâtisseurs de nos existences.

Au delà de cette mission, le livre se transforme souvent en vecteur social : creuset de connaissance et de savoir, il est aussi passeur de vie.

Daniele Sallenave dans son livre “nous, on n’aime pas lire”, nous rappelle que bien souvent, “on vient au livre parce que quelqu’un vous y conduit.

Et cela durant toute la vie. Combien de fois avons-nous lu, et souvent aimé un livre parce qu’il nous venait de quelqu’un que nous aimions, en qui nous avions confiance ?”.

Cette belle mission de passeur de connaissances, d’espoir et de sens de la vie, c’est grâce au livre et à nos lectures que nous le devons ; Passagers et passeurs, nous le sommes sur cette planète, transmettons en échangeant nos questionnements, nos
expériences et nos idées pour avancer ensemble.

Donnons envie aux générations futures de poursuivre ces beaux chemins de vie.

Écrire un commentaire ?