• 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
,
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
reversés
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
arbres sauvés
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
litres économisés

La Dépêche part à la rencontre de Fabien à Toulouse !

« La cave ne sera plus la destination finale de vos livres grâce à l’entreprise écocitoyenne RecycLivre qui arrive à Toulouse. L’objectif ? Prolonger la vie de vos vieux bouquins en sensibilisant les gens au réemploi par une démarche plus vertueuse. Le principe est simple : « À partir de cinquante livres, RecycLivre se déplace au domicile des particuliers, dans des entreprises, auprès d’acteurs locaux de l’insertion sociale, chez des partenaires associatifs tels que Emmaüs ou le Secours Populaire, et territoriaux comme dans les établissements scolaires. Ensuite il rapporte les ouvrages dans son local, aux imaginations fertiles», explique Fabien Estivals, responsable régional de RecycLivre à Toulouse.

 

Céline et Fabien de RecycLivre,  © DDM, Michel Viala

Une fois collectés, les livres sont triés par Céline, chauffeuse encodeuse : « Je trie les livres revendables de ceux irrécupérables tels que les ouvrages scolaires, les encyclopédies, les dictionnaires, ceux que nous avons déjà en stock, ou bien les livres du mois. Ces livres invendables partent au recyclage, les autres sont saisis informatiquement. » Plus qu’un « politique environnemental » comme le qualifie Fabien, cette récupération est vouée à réinjecter dans une association les 10 % de la vente des livres qu’elle a donnés à RecycLivre. Depuis fin 2 016 en Haute-Garonne, 25 000 ouvrages ont ainsi été récupérés dans des points de vente répertoriés sur le site Internet de RecycLivre et à domicile. 10 % de la vente des livres des particuliers reviennent à l’association Lire et Faire lire

 

Cliquez ici pour lire la suite de l’article.

Écrire un commentaire ?