Mon panier

Frais de livraison

Offerts !

Total 0,00 €
Voir mon panier

Paiement 100% sécurisé

Paiement avec CB Paiement avec carte Visa Paiement avec carte Mastercard
Nations en quête de passé : la péninsule ibérique (XIXe-XXe siècles)

Format : Cartonné


Edition : Sorbonne Université Presses



Date de publication : 2000


Nombre de pages : 238


ISBN : 9782840501589


Auteur : Serrano


Dimensions (L x H x E, cm) : 18 x 25 x 1.2


Poids (g) : 395


Photo non contractuelle

Serrano

Nations en quête de passé : la péninsule ibérique (xixe-xxe siècles)

Nations en quête de passé : la péninsule ibérique (XIXe-XXe siècles)

1 en stock

Tout savoir sur l’état des livres

RecycLivre répertorie ses livres selon 4 états correspondant à la qualité de ces derniers comme suit :
  • "Comme neuf" : a l'aspect d'un livre neuf, ne comporte aucune marque. La jaquette d'origine est présente.
  • "Très bon" : comporte des défauts minimes, et la tranche peut avoir une légère pliure.
  • "Bon" : comporte de légers défauts esthétiques visibles. La couverture peut avoir des pliures, les pages peuvent avoir des marques d'usure sans être cornées ou jaunies.
  • "État Acceptable" : comporte des signes d'usure, qui n'empêchent cependant pas la lecture.

A noter : la mention bibliothèque signifie que le livre est plastifié et étiqueté car c'est un ancien support de bibliothèque.

Wishlist
Résumé

En novembre 1882, le chef du parti conservateur espagnol, Antonio Cánovas del Castillo, répliquait au discours prononcé en mars par Ernest Renan ; et à la question : «Qu'est-ce qu'une Nation ?», il expliquait que les nations sont «l'œuvre de Dieu» ou «l'œuvre de la Nature». D'une façon ou d'une autre, il excluait ainsi du champ de l'action des citoyens une réalité placée hors de leur portée. Dans un XIXe siècle déclinant, le propos avait une valeur d'avertissement : l'Espagne du futur devrait être celle du passé, une, unie, unique. Cette légitimation de la Nation par le recours au passé paraissait d'autant plus nécessaire, qu'au même moment commençaient à pointer des exigences nouvelles, dans la périphérie de la Péninsule, où Basques et Catalans partaient en quête d'une identité propre. Ces nationalismes émergeants de la périphérie péninsulaire commençaient alors, mais alors seulement, à ériger leur langue ou leurs coutumes en «faits différentiels», censés être fondateurs de «nationalités» nouvelles ou renouvelées : les belles-aux-bois dormants des nationalités dites historiques commençaient à se réveiller et se lançaient, pour les besoins de la cause, à la réinvention de leur passé, dira-t-on en écho au titre fondateur qu'Eric Hobsbawm et Terence Ranger ont donné à leur volume de 1983 : The Invention of Tradition.

Une pédagogie de la nation a accompagné la lente construction de l'Etat libéral en Espagne ; et des pédagogies de nations ont surgi dans la mouvance de ses nationalismes périphériques. C'est à elles et à leur quête de passé que le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Mondes Ibériques Contemporains (CRIMIC), de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV), en collaboration avec l'EHESS, a consacré les travaux de deux années de séminaire, dont le présent volume est l'aboutissement matériel.


En novembre 1882, le chef du parti conservateur espagnol, Antonio Cánovas del Castillo, répliquait au discours prononcé en mars par Ernest Renan ; et à la question : «Qu'est-ce qu'une Nation ?», il expliquait que les nations sont «l'œuvre de Dieu» ou «l'œuvre de la Nature». D'une façon ou d'une autre, il excluait ainsi du champ de l'action des citoyens une réalité placée hors de leur portée. Dans un XIXe siècle déclinant, le propos avait une valeur d'avertissement : l'Espagne du futur devrait être celle du passé, une, unie, unique. Cette légitimation de la Nation par le recours au passé paraissait d'autant plus nécessaire, qu'au même moment commençaient à pointer des exigences nouvelles, dans la périphérie de la Péninsule, où Basques et Catalans partaient en quête d'une identité propre. Ces nationalismes émergeants de la périphérie péninsulaire commençaient alors, mais alors seulement, à ériger leur langue ou leurs coutumes en «faits différentiels», censés être fondateurs de «nationalités» nouvelles ou renouvelées : les belles-aux-bois dormants des nationalités dites historiques commençaient à se réveiller et se lançaient, pour les besoins de la cause, à la réinvention de leur passé, dira-t-on en écho au titre fondateur qu'Eric Hobsbawm et Terence Ranger ont donné à leur volume de 1983 : The Invention of Tradition.

Une pédagogie de la nation a accompagné la lente construction de l'Etat libéral en Espagne ; et des pédagogies de nations ont surgi dans la mouvance de ses nationalismes périphériques. C'est à elles et à leur quête de passé que le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Mondes Ibériques Contemporains (CRIMIC), de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV), en collaboration avec l'EHESS, a consacré les travaux de deux années de séminaire, dont le présent volume est l'aboutissement matériel.



Format : Cartonné


Edition : Sorbonne Université Presses


Date de publication : 2000


Nombre de pages : 238


ISBN : 9782840501589


Auteur : Serrano


Classement : 3000000


Dimensions (L x H x E, cm) : 18 x 25 x 1.2


Poids (g) : 395


Photo non contractuelle


Livraison rapide et incluse Livraison rapide et incluse

Vous recevrez votre commande dans les 3 à 5 jours.

+3 millions de clients +3 millions de clients

Nous ont déjà fait confiance depuis 2008.

Service client disponible

Votre satisfaction est notre priorité

Paiement avec CB Paiement avec carte Visa Paiement avec carte Mastercard

Sécurité Sécurité

Soyez rassurés : les transactions sont 100% sécurisées.

Un geste solidaire Un geste solidaire

Collecte de vos livres à domicile

Ces livres pourraient vous plaire

Avis des internautes

Donnez votre avis sur le contenu du livre Nations en quête de passé : la péninsule ibérique (XIXe-XXe siècles) !
Pour tout autre commentaire ou question, contactez-nous.