Mon panier

Frais de livraison

Offerts !

Total 0,00 €
Voir mon panier

Paiement 100% sécurisé

Paiement avec CB Paiement avec carte Visa Paiement avec carte Mastercard
Philosophie, n° 109. Philosophie(s) française(s)

Format : Broché


Edition : Minuit



Date de publication : 2011


Nombre de pages : 95


ISBN : 9782707321602


Auteur : Camille Riquier, Frédéric Fruteau De Laclos, Giuseppe Bianco, Guillaume Le Blanc, Frédéric Worms


Dimensions (L x H x E, cm) : 14 x 22 x 0.8


Poids (g) : 117


Photo non contractuelle

Camille Riquier, Frédéric Fruteau De Laclos, Giuseppe Bianco, Guillaume Le Blanc, Frédéric Worms

Philosophie, n° 109. philosophie(s) française(s)

Philosophie, n° 109. Philosophie(s) française(s)

1 en stock

Tout savoir sur l’état des livres

RecycLivre répertorie ses livres selon 4 états correspondant à la qualité de ces derniers comme suit :
  • "Comme neuf" : a l'aspect d'un livre neuf, ne comporte aucune marque. La jaquette d'origine est présente.
  • "Très bon" : comporte des défauts minimes, et la tranche peut avoir une légère pliure.
  • "Bon" : comporte de légers défauts esthétiques visibles. La couverture peut avoir des pliures, les pages peuvent avoir des marques d'usure sans être cornées ou jaunies.
  • "État Acceptable" : comporte des signes d'usure, qui n'empêchent cependant pas la lecture.

A noter : la mention bibliothèque signifie que le livre est plastifié et étiqueté car c'est un ancien support de bibliothèque.

Wishlist
Résumé

Philosophie(s) française(s) : le pluriel est destiné à mettre en question l'unité intrinsèque de la philosophie française - simple idéal-type permettant de repérer dans l'histoire certaines convergences thématiques ou méthodologiques ? - et son autonomie - tant elle apparaît redevable aux grandes figures de la philosophie allemande (Husserl, Heidegger, le Cercle de Vienne, etc.). Les auteurs de ce numéro, «spécialistes» de philosophie française, ont réfléchi sur leur praxis exégétique et le statut de l'identité implicite du thème «philosophie française», qui est censé se situer en son foyer.

Dans «Pour une histoire souterraine de la pensée française», Frédéric Fruteau de Laclos en propose une anamnèse : remémoration des conjonctures qui, en privilégiant certaines thèses et courants, ont occulté des options originales jugées marginales. Cette anamnèse lui paraît nécessaire à la remise en chantier de philosophèmes passés, et notamment à la réactivation, par-delà le structuralisme et l'individualisme méthodologique, des thèses de la psychologie historique fondée par Ignace Meyerson - dont il suit les traces chez le jeune Foucault, François Châtelet et Olivier Revault d'Allonnes.

Dans «Descartes et les trois voies de la philosophie française», Camille Riquier s'intéresse à la reprise au XXe siècle de thèmes de la philosophie cartésienne, pour montrer que des tendances fondamentales de la philosophie française ont leur origine dans le déploiement unilatéral de l'une des voies du cartésianisme : celles du cogito, du système et des modernes. Malgré l'inspiration essentielle qu'elle reçoit de la philosophie allemande, la philosophie française ne se comprendrait donc que par son réinvestissement du texte cartésien, qui en constituerait le foyer implicite.

Dans «Portées du nom Bergson. Portrait de groupe avec philosophe», Giuseppe Bianco envisage la philosophie française contemporaine sous l'angle d'une socio-histoire des pratiques philosophiques, qui en montre le conditionnement par des changements de nature extra-philosophique. Dévoilant les contextes stratégiques où le bergsonisme a servi à faire, défaire et refaire la ligne de partage de la pensée française, il remet en question celle qui fut instaurée par Foucault, puis réajustée par Badiou, entre un mysticisme vitaliste qui remonterait à Bergson, et un mathématisme trouvant sa source chez Brunschvicg.

Dans «L'invention de l'homme moderne. Une lecture de Michel Foucault», Guillaume Le Blanc interroge la généalogie de la question de l'homme chez ce dernier, montrant que loin de se laisser reconduire à la seule figure kantienne, elle s'inscrit dans le registre éthique et politique de l'invention ; et que la référence à la vie inventive forme le canevas théorique majeur d'un foyer de la philosophie française où s'intègrent des auteurs aussi distincts que Canguilhem, Foucault, Deleuze et Derrida, mais aussi Sartre, Merleau-Ponty et de Certeau.

Enfin, dans «La vie dans la philosophie du XXe siècle en France», Frédéric Worms, loin de postuler une continuité thématique ou méthodologique centrée sur la vie, montre comment celle-ci fut pensée différemment selon les moments qu'elle a traversés, impliquant des ruptures dans la manière dont la question fut à chaque fois thématisée. À travers les problèmes qui se posaient - ceux de l'esprit, de l'existence, du langage et du pouvoir -, ce serait la vie elle-même qui, à chaque fois, dévoilerait l'une de ses dimensions. Aussi est-ce le moment présent qui, de plus en plus, serait amené à penser la vie dans sa tension irréductible et ultime.

D. P.


Philosophie(s) française(s) : le pluriel est destiné à mettre en question l'unité intrinsèque de la philosophie française - simple idéal-type permettant de repérer dans l'histoire certaines convergences thématiques ou méthodologiques ? - et son autonomie - tant elle apparaît redevable aux grandes figures de la philosophie allemande (Husserl, Heidegger, le Cercle de Vienne, etc.). Les auteurs de ce numéro, «spécialistes» de philosophie française, ont réfléchi sur leur praxis exégétique et le statut de l'identité implicite du thème «philosophie française», qui est censé se situer en son foyer.

Dans «Pour une histoire souterraine de la pensée française», Frédéric Fruteau de Laclos en propose une anamnèse : remémoration des conjonctures qui, en privilégiant certaines thèses et courants, ont occulté des options originales jugées marginales. Cette anamnèse lui paraît nécessaire à la remise en chantier de philosophèmes passés, et notamment à la réactivation, par-delà le structuralisme et l'individualisme méthodologique, des thèses de la psychologie historique fondée par Ignace Meyerson - dont il suit les traces chez le jeune Foucault, François Châtelet et Olivier Revault d'Allonnes.

Dans «Descartes et les trois voies de la philosophie française», Camille Riquier s'intéresse à la reprise au XXe siècle de thèmes de la philosophie cartésienne, pour montrer que des tendances fondamentales de la philosophie française ont leur origine dans le déploiement unilatéral de l'une des voies du cartésianisme : celles du cogito, du système et des modernes. Malgré l'inspiration essentielle qu'elle reçoit de la philosophie allemande, la philosophie française ne se comprendrait donc que par son réinvestissement du texte cartésien, qui en constituerait le foyer implicite.

Dans «Portées du nom Bergson. Portrait de groupe avec philosophe», Giuseppe Bianco envisage la philosophie française contemporaine sous l'angle d'une socio-histoire des pratiques philosophiques, qui en montre le conditionnement par des changements de nature extra-philosophique. Dévoilant les contextes stratégiques où le bergsonisme a servi à faire, défaire et refaire la ligne de partage de la pensée française, il remet en question celle qui fut instaurée par Foucault, puis réajustée par Badiou, entre un mysticisme vitaliste qui remonterait à Bergson, et un mathématisme trouvant sa source chez Brunschvicg.

Dans «L'invention de l'homme moderne. Une lecture de Michel Foucault», Guillaume Le Blanc interroge la généalogie de la question de l'homme chez ce dernier, montrant que loin de se laisser reconduire à la seule figure kantienne, elle s'inscrit dans le registre éthique et politique de l'invention ; et que la référence à la vie inventive forme le canevas théorique majeur d'un foyer de la philosophie française où s'intègrent des auteurs aussi distincts que Canguilhem, Foucault, Deleuze et Derrida, mais aussi Sartre, Merleau-Ponty et de Certeau.

Enfin, dans «La vie dans la philosophie du XXe siècle en France», Frédéric Worms, loin de postuler une continuité thématique ou méthodologique centrée sur la vie, montre comment celle-ci fut pensée différemment selon les moments qu'elle a traversés, impliquant des ruptures dans la manière dont la question fut à chaque fois thématisée. À travers les problèmes qui se posaient - ceux de l'esprit, de l'existence, du langage et du pouvoir -, ce serait la vie elle-même qui, à chaque fois, dévoilerait l'une de ses dimensions. Aussi est-ce le moment présent qui, de plus en plus, serait amené à penser la vie dans sa tension irréductible et ultime.

D. P.



Format : Broché


Edition : Minuit


Date de publication : 2011


Nombre de pages : 95


ISBN : 9782707321602


Auteur : Camille Riquier, Frédéric Fruteau De Laclos, Giuseppe Bianco, Guillaume Le Blanc, Frédéric Worms


Classement : 1393809


Dimensions (L x H x E, cm) : 14 x 22 x 0.8


Poids (g) : 117


Photo non contractuelle


Livraison rapide et incluse Livraison rapide et incluse

Vous recevrez votre commande dans les 3 à 5 jours.

+3 millions de clients +3 millions de clients

Nous ont déjà fait confiance depuis 2008.

Service client disponible

Votre satisfaction est notre priorité

Paiement avec CB Paiement avec carte Visa Paiement avec carte Mastercard

Sécurité Sécurité

Soyez rassurés : les transactions sont 100% sécurisées.

Un geste solidaire Un geste solidaire

Collecte de vos livres à domicile

Avis des internautes

Donnez votre avis sur le contenu du livre Philosophie, n° 109. Philosophie(s) française(s) !
Pour tout autre commentaire ou question, contactez-nous.