Panier Panier 0

Mon panier

Frais de livraison

Offerts !

Total 0,00 €
L'aube à Birkenau
Format Broché
Edition Pocket
Date de publication 2021
Nombre de pages 289
ISBN 9782266320405
Dimensions (L x H x E, cm) 11 x 18 x 2.5
Poids (g) 280

L'aube à birkenau

Simone Veil
Soyez le premier à donner votre avis Donner votre avis
L'aube à Birkenau
État des livres

En savoir plus

Plus que 2 ex.
Plus que 3 ex.

Tout savoir sur l’état des livres

RecycLivre répertorie ses livres selon 4 états correspondant à la qualité de ces derniers comme suit :
  • "Comme neuf" : a l'aspect d'un livre neuf, ne comporte aucune marque. La jaquette d'origine est présente.
  • "Très bon" : comporte des défauts minimes, et la tranche peut avoir une légère pliure.
  • "Bon" : comporte de légers défauts esthétiques visibles. La couverture peut avoir des pliures, les pages peuvent avoir des marques d'usure sans être cornées ou jaunies.
  • "État Acceptable" : comporte des signes d'usure, qui n'empêchent cependant pas la lecture.

A noter : la mention bibliothèque signifie que le livre est plastifié et étiqueté car c'est un ancien support de bibliothèque.

Résumé

« La guerre avait fauché une génération. Nous étions effondrés. Mon oncle et ma tante avaient beau être médecins, ils ne possédaient plus rien. Leur clientèle avait disparu. Leur maison avait été pillée. Leurs économies avaient fondu. Le lendemain de mon arrivée à Paris, comme ils n'avaient ni argent ni vêtements à m'offrir, c'est une voisine qui m'a secourue avec une robe et des sous-vêtements.

Il régnait dans cette maison une atmosphère de désolation. Il n'y avait plus le moindre meuble. Les miroirs avaient disparu, à part ceux qui étaient scellés aux murs et que les pillards n'avaient pas pu emporter.

Je faisais ma toilette matinale devant un miroir brisé par une balle. Mon image y apparaissait fissurée, fragmentée.

J'y voyais un symbole.

Nous n'avions rien à quoi nous raccrocher. Ma soeur Milou était gravement malade, mon oncle et ma tante avaient perdu le goût de vivre.

Nous faisions semblant de vouloir continuer. »


Simone Veil raconte son enfance, sa déportation, et l'importance de cette épreuve dans sa vie.

La première fois que je rencontre Simone Veil, c'est pour lui proposer un documentaire sur sa vie. Elle me regarde, je me tais. « Qu'est-ce qui vous intéresse chez moi ? - Votre chignon, madame. » Je la sens ébranlée. Elle me raconte qu'aucune femme de son convoi n'a été rasée complètement et que cela lui a sauvé la vie. Sans le savoir, j'avais touché un point essentiel de sa déportation. Ce premier récit entraîna tous les autres.

Dès cette rencontre, qui dura plus de trois heures, une forme d'intimité se créa. Une amitié se noua, qui nous lia jusqu'à sa mort.


David Teboul

Le 1er juillet 2018, avec Simone Veil, c'est le convoi n° 71 qui est entré au Panthéon. Il avait quitté la France le 13 avril 1944. À son bord, mille cinq cents personnes, dont trente-quatre des enfants raflés à la maison d'Izieu, Simone Jacob, sa mère Yvonne et sa soeur Madeleine.

Ce livre est dédié à Albert Bulka, le plus jeune des enfants d'Izieu, assassiné dès son arrivée à Auschwitz, à l'âge de quatre ans.

Caractéristiques
Edition Pocket
Dimension 11 X 18 X 2.5
Auteur Simone Veil
Nombre de pages 289
ISBN 9782266320405
Date de publication 2021
Poids (g) 280
Reliure Broché
-
En état "-"

Article de seconde main contrôlé

Livraison offerte en point relais
Livré à partir du 6 mars
Voir nos options de livraison

Résumé

« La guerre avait fauché une génération. Nous étions effondrés. Mon oncle et ma tante avaient beau être médecins, ils ne possédaient plus rien. Leur clientèle avait disparu. Leur maison avait été pillée. Leurs économies avaient fondu. Le lendemain de mon arrivée à Paris, comme ils n'avaient ni argent ni vêtements à m'offrir, c'est une voisine qui m'a secourue avec une robe et des sous-vêtements.

Il régnait dans cette maison une atmosphère de désolation. Il n'y avait plus le moindre meuble. Les miroirs avaient disparu, à part ceux qui étaient scellés aux murs et que les pillards n'avaient pas pu emporter.

Je faisais ma toilette matinale devant un miroir brisé par une balle. Mon image y apparaissait fissurée, fragmentée.

J'y voyais un symbole.

Nous n'avions rien à quoi nous raccrocher. Ma soeur Milou était gravement malade, mon oncle et ma tante avaient perdu le goût de vivre.

Nous faisions semblant de vouloir continuer. »


Simone Veil raconte son enfance, sa déportation, et l'importance de cette épreuve dans sa vie.

La première fois que je rencontre Simone Veil, c'est pour lui proposer un documentaire sur sa vie. Elle me regarde, je me tais. « Qu'est-ce qui vous intéresse chez moi ? - Votre chignon, madame. » Je la sens ébranlée. Elle me raconte qu'aucune femme de son convoi n'a été rasée complètement et que cela lui a sauvé la vie. Sans le savoir, j'avais touché un point essentiel de sa déportation. Ce premier récit entraîna tous les autres.

Dès cette rencontre, qui dura plus de trois heures, une forme d'intimité se créa. Une amitié se noua, qui nous lia jusqu'à sa mort.


David Teboul

Le 1er juillet 2018, avec Simone Veil, c'est le convoi n° 71 qui est entré au Panthéon. Il avait quitté la France le 13 avril 1944. À son bord, mille cinq cents personnes, dont trente-quatre des enfants raflés à la maison d'Izieu, Simone Jacob, sa mère Yvonne et sa soeur Madeleine.

Ce livre est dédié à Albert Bulka, le plus jeune des enfants d'Izieu, assassiné dès son arrivée à Auschwitz, à l'âge de quatre ans.

Caractéristiques
Edition Pocket
Dimensions (L x H x E, cm) 11 X 18 X 2.5
Auteur Simone Veil
Nombre de pages 289
ISBN 9782266320405
Date de publication 2021
Poids (g) 280
Reliure Broché

Article de seconde main contrôlé

Livraison offerte en point relais
Livré à partir du 6 mars
Voir nos options de livraison

-
En état "-"
Un achat engagé
Grâce à vous Recyclivre reversera cette année +110 000€ à des associations engagées pour l'environnement.

Votre achat c'est :
1kg eqCO₂ évités
150L d'eau économisés
50 emplois solidaires créés