Mon panier

Frais de livraison

Offerts !

Total 0,00 €
Voir mon panier

Paiement 100% sécurisé

Paiement avec CB Paiement avec carte Visa Paiement avec carte Mastercard
J'entends des voix

Format : Broché


Edition : Gallimard



Date de publication : 2006


Nombre de pages : 219


ISBN : 9782070781805


Auteur : Frédéric Pajak


Dimensions (L x H x E, cm) : 20 x 26 x 2.2


Poids (g) : 675


Photo non contractuelle

Frédéric Pajak

J'entends des voix

J'entends des voix

Plus en stock

1 en stock

Plus en stock

Tout savoir sur l’état des livres

RecycLivre répertorie ses livres selon 4 états correspondant à la qualité de ces derniers comme suit :
  • "Comme neuf" : a l'aspect d'un livre neuf, ne comporte aucune marque. La jaquette d'origine est présente.
  • "Très bon" : comporte des défauts minimes, et la tranche peut avoir une légère pliure.
  • "Bon" : comporte de légers défauts esthétiques visibles. La couverture peut avoir des pliures, les pages peuvent avoir des marques d'usure sans être cornées ou jaunies.
  • "État Acceptable" : comporte des signes d'usure, qui n'empêchent cependant pas la lecture.

A noter : la mention bibliothèque signifie que le livre est plastifié et étiqueté car c'est un ancien support de bibliothèque.

Wishlist
Résumé

C'est tout à fait par hasard que je me suis retrouvé, il y a trois ans, à randonner et à dessiner chaque
jour dans la montagne, aux alentours de Sils-Maria, où vécut Friedrich Nietzsche.

Fatalement, j'ai repensé à lui, et fatalement je me suis plongé à nouveau dans ses écrits, dans sa
correspondance, avec l'envie de reparler de lui et - pourquoi pas ? -, avec lui. Un dialogue imaginaire
qui m'a reconduit à Turin où j'ai écrit et dessiné L'immense solitude - livre inachevé qui devait se
conclure sur le suicide de Primo Levi.

Déjà trente ans que je lis et relis Nietzsche. J'aime toujours autant ses paradoxes, ses provocations, sa
liberté. Mais à Sils-Maria, j'ai pensé de façon obsessionnelle à sa douleur - sa douleur mentale,
certes ; sa douleur physique, plus encore. J'ai cherché à comprendre d'où venait ce mal et, en cherchant,
j'ai rencontré parfois son contraire : le plaisir, celui, par exemple, de la conversation, avec Paul Rée, avec
Albert Brenner et surtout avec son amie Malwida von Meysenbug, qui l'aura rendu si heureux.

J'ai entendu la voix de Nietzsche, un chuchotement, parfois un fracas, et très vite s'y sont mêlées
d'autres voix, celles d'amis et de parents disparus. Au chagrin que m'inspire leur absence se sont
ajoutés d'autres états d'âme, et des souvenirs, des paysages, des anecdotes.

Peu à peu ce livre écrit et dessiné, précédé de quelques photographies, s'est refermé, tournant la page
d'un seul et même livre - depuis L'immense solitude jusqu'à Mélancolie - dédié à la solitude, à
l'enfance, à l'amour, comme ce manifeste dont je rêvais à l'âge de dix-neuf ans, lorsque je présentai
timidement mes premiers dessins à Gébé, le rédacteur en chef d'Hara-Kiri, et qui avait pour titre :
Manifeste incertain.


C'est tout à fait par hasard que je me suis retrouvé, il y a trois ans, à randonner et à dessiner chaque
jour dans la montagne, aux alentours de Sils-Maria, où vécut Friedrich Nietzsche.

Fatalement, j'ai repensé à lui, et fatalement je me suis plongé à nouveau dans ses écrits, dans sa
correspondance, avec l'envie de reparler de lui et - pourquoi pas ? -, avec lui. Un dialogue imaginaire
qui m'a reconduit à Turin où j'ai écrit et dessiné L'immense solitude - livre inachevé qui devait se
conclure sur le suicide de Primo Levi.

Déjà trente ans que je lis et relis Nietzsche. J'aime toujours autant ses paradoxes, ses provocations, sa
liberté. Mais à Sils-Maria, j'ai pensé de façon obsessionnelle à sa douleur - sa douleur mentale,
certes ; sa douleur physique, plus encore. J'ai cherché à comprendre d'où venait ce mal et, en cherchant,
j'ai rencontré parfois son contraire : le plaisir, celui, par exemple, de la conversation, avec Paul Rée, avec
Albert Brenner et surtout avec son amie Malwida von Meysenbug, qui l'aura rendu si heureux.

J'ai entendu la voix de Nietzsche, un chuchotement, parfois un fracas, et très vite s'y sont mêlées
d'autres voix, celles d'amis et de parents disparus. Au chagrin que m'inspire leur absence se sont
ajoutés d'autres états d'âme, et des souvenirs, des paysages, des anecdotes.

Peu à peu ce livre écrit et dessiné, précédé de quelques photographies, s'est refermé, tournant la page
d'un seul et même livre - depuis L'immense solitude jusqu'à Mélancolie - dédié à la solitude, à
l'enfance, à l'amour, comme ce manifeste dont je rêvais à l'âge de dix-neuf ans, lorsque je présentai
timidement mes premiers dessins à Gébé, le rédacteur en chef d'Hara-Kiri, et qui avait pour titre :
Manifeste incertain.



Format : Broché


Edition : Gallimard


Date de publication : 2006


Nombre de pages : 219


ISBN : 9782070781805


Auteur : Frédéric Pajak


Classement : 957152


Dimensions (L x H x E, cm) : 20 x 26 x 2.2


Poids (g) : 675


Photo non contractuelle


Livraison rapide et incluse Livraison rapide et incluse

Vous recevrez votre commande dans les 3 à 5 jours.

+3 millions de clients +3 millions de clients

Nous ont déjà fait confiance depuis 2008.

Service client disponible

Votre satisfaction est notre priorité

Paiement avec CB Paiement avec carte Visa Paiement avec carte Mastercard

Sécurité Sécurité

Soyez rassurés : les transactions sont 100% sécurisées.

Un geste solidaire Un geste solidaire

Collecte de vos livres à domicile

Avis des internautes

Donnez votre avis sur le contenu du livre J'entends des voix !
Pour tout autre commentaire ou question, contactez-nous.