Panier Panier 0

Mon panier

Frais de livraison

Offerts !

Total 0,00 €
Le peintre, le poète, le sauvage : les voies du primitivisme dans l'art français
Format Broché
Edition Flammarion
Date de publication 1998
Nombre de pages 288
ISBN 9782080101938
Dimensions (L x H x E, cm) 18 x 24 x 2
Poids (g) 630

Le peintre, le poète, le sauvage : les voies du primitivisme dans l'art français

Philippe Dagen
Soyez le premier à donner votre avis Donner votre avis
Le peintre, le poète, le sauvage : les voies du primitivisme dans l'art français
État des livres

En savoir plus

Plus que 1 ex.

Tout savoir sur l’état des livres

RecycLivre répertorie ses livres selon 4 états correspondant à la qualité de ces derniers comme suit :
  • "Comme neuf" : a l'aspect d'un livre neuf, ne comporte aucune marque. La jaquette d'origine est présente.
  • "Très bon" : comporte des défauts minimes, et la tranche peut avoir une légère pliure.
  • "Bon" : comporte de légers défauts esthétiques visibles. La couverture peut avoir des pliures, les pages peuvent avoir des marques d'usure sans être cornées ou jaunies.
  • "État Acceptable" : comporte des signes d'usure, qui n'empêchent cependant pas la lecture.

A noter : la mention bibliothèque signifie que le livre est plastifié et étiqueté car c'est un ancien support de bibliothèque.

Résumé

Si le «primitivisme» désigne le refus par quelques artistes des élégances académiques et la recherche de références puisées dans des cultures archaïques, son champ échappe aux idées convenues : il se révèle plus vaste, et ses débuts bien antérieurs au début de ce siècle. C'est l'apport de cet ouvrage de proposer, après les approches muséographiques, une véritable histoire culturelle du phénomène primitiviste, de prendre la mesure de cette nostalgie d'une création vierge du pastiche et du polissage où l'art aurait perdu son âme. D'autres hommes que les peintres, d'autres aires que l'Antiquité occidentale ont nourri l'interrogation sur la substance de l'art, sur l'intelligence des formes : poètes et romanciers - Huysmans, Rosny, Villiers de l'Isle-Adam, Apollinaire -, essayistes et critiques - Grosse, Faure ou Du Cleuziou parmi d'autres. Dans les années 1880 sont mis au jour des sites préhistoriques, redécouverts les miniatures médiévales et les primitifs italiens, jugées fascinantes les œuvres égyptiennes et byzantines, est cultivée une religiosité archaïque, sinon «barbare». C'est dire l'hétérogénéité des primitivismes qui ont alimenté la liberté des artistes. Si Sérusier s'inspire des Celtes, quand Gauguin part pour l'Océanie il a déjà connu la sauvagerie bretonne. Quand Matisse s'exalte devant les icônes russes, Picasso et Derain sont fascinés par l'Egypte... Tour à tour et ensemble, ces primitivismes - le pluriel est de rigueur - ont posé la question d'une vérité nouvelle de l'art. Plus tard interviennent les fameux «fétiches» africains ou océaniens dont on a fait l'origine trop exclusive du fauvisme et du cubisme, oubliant - ou négligeant - qu'ils s'inscrivent dans un processus bien antérieur, qu'ils sont un épisode, après bien d'autres, dans la recherche du renouvellement des formes et de leur exaltation.

Caractéristiques
Edition Flammarion
Dimension 18 X 24 X 2
Auteur Philippe Dagen
Nombre de pages 288
ISBN 9782080101938
Date de publication 1998
Poids (g) 630
Reliure Broché
22,77 €
En état "Bon"

Article de seconde main contrôlé

Livraison offerte en point relais
Livré à partir du 17 avril
Voir nos options de livraison

Résumé

Si le «primitivisme» désigne le refus par quelques artistes des élégances académiques et la recherche de références puisées dans des cultures archaïques, son champ échappe aux idées convenues : il se révèle plus vaste, et ses débuts bien antérieurs au début de ce siècle. C'est l'apport de cet ouvrage de proposer, après les approches muséographiques, une véritable histoire culturelle du phénomène primitiviste, de prendre la mesure de cette nostalgie d'une création vierge du pastiche et du polissage où l'art aurait perdu son âme. D'autres hommes que les peintres, d'autres aires que l'Antiquité occidentale ont nourri l'interrogation sur la substance de l'art, sur l'intelligence des formes : poètes et romanciers - Huysmans, Rosny, Villiers de l'Isle-Adam, Apollinaire -, essayistes et critiques - Grosse, Faure ou Du Cleuziou parmi d'autres. Dans les années 1880 sont mis au jour des sites préhistoriques, redécouverts les miniatures médiévales et les primitifs italiens, jugées fascinantes les œuvres égyptiennes et byzantines, est cultivée une religiosité archaïque, sinon «barbare». C'est dire l'hétérogénéité des primitivismes qui ont alimenté la liberté des artistes. Si Sérusier s'inspire des Celtes, quand Gauguin part pour l'Océanie il a déjà connu la sauvagerie bretonne. Quand Matisse s'exalte devant les icônes russes, Picasso et Derain sont fascinés par l'Egypte... Tour à tour et ensemble, ces primitivismes - le pluriel est de rigueur - ont posé la question d'une vérité nouvelle de l'art. Plus tard interviennent les fameux «fétiches» africains ou océaniens dont on a fait l'origine trop exclusive du fauvisme et du cubisme, oubliant - ou négligeant - qu'ils s'inscrivent dans un processus bien antérieur, qu'ils sont un épisode, après bien d'autres, dans la recherche du renouvellement des formes et de leur exaltation.

Caractéristiques
Edition Flammarion
Dimensions (L x H x E, cm) 18 X 24 X 2
Auteur Philippe Dagen
Nombre de pages 288
ISBN 9782080101938
Date de publication 1998
Poids (g) 630
Reliure Broché

Article de seconde main contrôlé

Livraison offerte en point relais
Livré à partir du 17 avril
Voir nos options de livraison

22,77 €
En état "Bon"
Un achat engagé
Grâce à vous Recyclivre reversera cette année +110 000€ à des associations engagées pour l'environnement.

Votre achat c'est :
1kg eqCO₂ évités
150L d'eau économisés
50 emplois solidaires créés